1871‑1914  LA MISE EN ŒUVRE DU   

                   PROJET REPUBLICAIN.

Le Cri du peuple est une série de bande dessinée française en noir et blanc de Jacques Tardi, publiée par Casterman en quatre volumes sortis entre 2001 et 2004. Elle est adaptée du roman éponyme de Jean Vautrin.

 

Le Capitaine « Au mur » est un chant écrit par Jean Baptiste Clément à propos de la Commune de Paris.

Interprètes: Armand Mestral et Les Octaves dans l'album La Commune en chantant, mis en musique par Max Rongier.

La Commune de Paris est la période insurrectionnelle  allant du 18 mars 1871 à la « Semaine sanglante » ( 21 au 28 mai ) dans les premiers temps de la troisième République.

Proclamée après la chute du Second Empire, la IIIe République s’impose progressivement dans le pays. Entre 1870 et 1914, les républicains réalisent un projet dont les racines remontent à la Révolution française. Celui‑ci s’appuie sur les libertés, la démocratie parlementaire, l’égalité ou encore la laïcité. Sa mise en œuvre s’effectue [...] au fil des événements politiques. En outre, de nombreuses contestations existent dans le domaine politique, social ou religieux. Mais [...] l’édifice républicain, i tient bon et sort affermi des crises.

Le livre scolaire

Comment les républicains réussissent‑ils à installer durablement la République ?

Point de départ

I.La proclamation de la République.

Rappel  Suivre le lien

 

Le 4 septembre, Léon Gambetta ( (bientôt une galerie des personnages) annonce la déchéance de l'empereur.

Puis, à l'Hôtel de Ville, en compagnie de Jules Ferry et d'autres députés modérés, devançant de peu des députés radicaux , il proclame la République. Mais celle-ci est  plus rapidement proclamée qu’acceptée.

Un gouvernement de défense nationale est formé. Malgré le désastre de Sedan,celui-ci refuse la défaite, mais dès le 20 septembre Paris est assiégée .

Le 23 janvier Jules Favre, ministre des Affaires étrangères du Gouvernement de la Défense nationale, rencontre le chancelier allemand Bismarck à Versailles.

 

Les exigences allemandes sont importantes :

 

La France doit procéder à des élections pour la formation d'une assemblée devant ratifier la paix

Les forts qui entourent la capitale doivent être livrés au vainqueur.

Les soldats défendant Paris doivent être désarmés.

Les Allemands peuvent entrer dans Paris (qui vient de subir plus de 4 mois de siège).

La ville doit verser une rançon, selon le mot de Bismarck, de 200 (deux cents) millions de francs.

L'armistice est prévu pour une durée de trois semaines, pendant lesquelles seront négociés les préliminaires de paix.

 

Ces élections se déroulent dans un contexte très particulier, celui de la guerre contre la Prusse, et après une campagne électorale quasi inexistante,

Au soir du 8 février 1871, les monarchistes, favorable à la paix, l’emportent sur les républicains. Ces derniers paient la volonté de Gambetta de poursuivre la guerre.

 

L’armistice est conclu le 28 janvier 1871. Il met fin aux combats .

Le 17 février, Adolphe Thiers est désigné par les députés « chef du pouvoir exécutif de la République ».

 

La paix avec la Prusse est signée.

II.La Commune de Paris.

La victoire monarchiste et la défaite créent des émeutes à Paris en mars.

Thiers et le gouvernement doivent fuir et laissent , laissant la ville aux mains des émeutiers qui proclament la Commune.

Les Parisiens défendent la République et des mesures sociales.

La Fin de la Commune de Paris.

En mai, l’armée réprime la révolte, c’est la Semaine sanglante / Documents Tardi  .

Cet épisode marque une rupture entre la République et le monde ouvrier.

 

 

Dossier Tardi  .

 

Tardi 3.jpg
Tardi 5.jpg

Jean Vautrin / Le cri du peuple /  Roman


Le 18 mars 1871, alors que l'ennemi est aux portes de Paris, le gouvernement de Thiers ordonne de désarmer la Garde nationale.
Cette mesure défaitiste révolte le capitaine Tarpagnan, du 88ème régiment de ligne. Il va entendre le cri du peuple et passer du côté de celui-ci avec ses hommes. Commence l'insurrection, et l'épopée de la Commune de Paris.
Des aventures qui l'attendent, on ne saurait donner le résumé ; il y aura de la grandeur, du burlesque, de l'héroïsme, de l'amour.
Nous découvrirons sur ses pas, au rythme entraînant des meilleurs romans de Dumas père, un Paris mystérieux comme celui de Hugo, grouillant comme le Londres de Dickens. Apaches et hommes de lettres, banquiers et restaurateurs, révolutionnaires et filles de petite vertu se croisent autour de silhouettes immortelles : Louise Michel, Jules Vallès, Gustave Courbet [...] Vautrin fait œuvre de romancier en inventant sa propre langue, charnue, complexe, populaire et littéraire, nourrie d'archaïsmes, de parlers régionaux, d'argot des faubourgs et de poésie. Une langue de chair, de sang, de vie. Une langue de Gargantua.   Michèle Gazier, Télérama.

Dans votre livre  p 144  / le portrait de Louise Michel pendant la Commune de Paris

 

 

« Que le peuple se mette donc debout »

Le pouvoir ! c’est se servir d’un ciseau de verre pour sculpter le marbre. Allons donc ! dominer c’est être tyran, être dominés c’est être lâches ! Que le peuple se mette donc debout, il y a assez longtemps qu’on fouette le vieux lion pour qu’il casse la muselière. […]

Pendant tout le temps de la Commune, je n’ai passé chez ma pauvre mère qu’une seule nuit. Ne me couchant, je pourrais dire jamais, je dormais un peu n’importe où, quand il n’y avait rien de mieux à faire […]. La femme, cette prétendue faible de cœur, sait plus que l’homme dire : Il le faut ! Elle se sent déchirée jusqu’aux entrailles, mais elle reste impassible. Sans haine, sans colère, sans pitié pour elle‑même ni pour les autres. […]

J’avais, outre mes vêtements de femme, un costume de lignard1 et un de garde national2 ; des cartes dans mes poches, pour prouver à qui de droit d’où je venais ; et je m’en allais sans qu’il me soit jamais arrivé autre chose qu’une éraflure de balle au poignet, mon chapeau criblé et une entorse.

Ma seconde arrestation c’était sous le siège encore. Des femmes, plus courageuses que clairvoyantes, voulaient proposer au gouvernement je ne sais quel moyen de défense auquel elles demandaient à être employées. […] Nous allâmes au rendez‑vous à l’Hôtel de Ville, nous attendant à ce qui arriva, je fus arrêtée comme ayant organisé une manifestation. Je répondis que je ne pouvais organiser de manifestation pour parler à un gouvernement que je ne reconnaissais plus.



Louise Michel, Mémoires, 1886.


1. Homme de la troupe de ligne, c’est‑à‑dire de l’armée.
2. Armée composée de citoyens, elle est réunie lors de crises graves.

À la fin du XIXe siècle, la Nouvelle-Calédonie est un bagne, où l’on exile à 17 000 kilomètres de la France les criminels et les prisonniers politiques. Parmi eux, une femme, une révoltée, une héroïne des barricades : la célèbre Louise Michel. Condamnée pour avoir participé au mouvement insurrectionnel de la Commune, qui a enflammé Paris en 1871, Louise Michel est déportée avec des milliers d'autres révolutionnaires sur la lointaine Nouvelle-Calédonie.