Laurent Van der Stockt : « 200 000 Syriens » à la cathédrale

Mardi 7 Octobre 2014

Inès Rodriguez, Valentine Lévy ClasseJDA

Aujourd’hui, 7 Octobre 2014, nous sommes allées visiter l’exposition de Laurent Van der Stockt à la cathédrale. Le projet met en lumière le conflit Syrien qui fait depuis trois ans 100 victimes par jour.

En effet depuis le début des hostilités en 2011, de nombreux civils ont perdu la vie dans les affrontements entre les citoyens rebelles et l’armée de Bachar-el-Assad. Comptabilisés tout d’abord par l’ONU au nombre de 100 000, l’observatoire Syrien des Droits de l’Homme en a dénombré 170000 en 2014.

L’exposition est d’autant plus percutante qu’elle prend place dans la cathédrale, lieu de prière, de paix, de silence, dédié à la religion et au sacré. Le contraste est donc marqué. On a pu également observer un paradoxe entre les icônes religieuses et les portraits des victimes syriennes.

La violence des images de guerre s’oppose et se mêle à l’architecture sacrée mais aussi à l’ambiance particulière de ce lieu. Le silence semble porter le message du reporter. Le chaos des photographies est exacerbé par le mysticisme de cet espace.

Malgré le fossé entre les deux mondes, les œuvres se fondent étonnement bien dans l’architecture, elles sont parfois au premier regard indétectables, parmi les reliques et les ornements en pierre. Cette exposition a pu représenter un défi pour le photographe, puisque qu’il a dû s’adapter à l’architecture complexe du lieu. L’artiste a tenu à intégrer les photographies dans les détails de la cathédrale et non pas de faire du collage façon « hall de gare ».

L’artiste nous donne à voir des scènes post – bombardements, des instants apocalyptiques. Les visages sont captivants.

Recommanded Reading
  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Google+ Basic Black
  • Grosny:Nine Cities