Cliquer sur le titre pour découvrir les doc p350-351

Point de départ

Entre contrainte et émancipation des femmes

En Inde, les «campagnes de stérilisation» sponsorisées par l’Etat, qui paie des femmes pour qu’elles se fassent stériliser, s’inscrivent dans une tentative de contrôle démographique du pays qui devrait devenir le plus peuplé du monde d’ici 2028. Le 11 novembre, dans l’Etat du Chhattisgarh, l’un des plus pauvres du pays, 13 femmes sont mortes à la suite d'une de ces campagnes. Elles avaient été payées 600 roupies, soit une dizaine de dollars.

Doc 11 La vidéo

Doc 8

La stérilisation des femmes,une contraception "made in India"

L'Inde continue d'encourager la stérilisation. Avec son lot de drames et des femmes qui ne savent pas toujours que l'opération est irréversible.

De notre correspondante à New Delhi, Vanessa Dougnac

Publié le 10/03/2015 à 12:08 | Le Point.fr

Cliquer sur le titre

Doc9

La stérilisation de masse des femmes, « méthode dominante de contraception » en Inde

Douze femmes sont mortes dans un camp de stérilisation en Inde après avoir subi une opération samedi 8 novembre. Peu coûteux, la stérilisation est le moyen contraceptif privilégié par les autorités indiennes. En 2012, près de 4,6 millions de femmes ont été stérilisées dans le pays, la plupart dans des conditions sanitaires effroyables.

Par Julien Bouissou Publié le 11 novembre 2014 à 18h04 - Mis à jour le 19 août 2019 à 14h2

Cliquer sur le titre

Doc 7

En Inde, l'enquête sur la mort de 13 femmes stérilisées le week-end dernier a franchi une étape, jeudi, avec l'arrestation du chirurgien qui avait procédé, en moins de cinq heures, à 83 opérations. Chaque patiente avait été indemnisée 20 euros.

La police indienne a arrêté le chirurgien ayant stérilisé, samedi 8 novembre, plus de 80 femmes dans le centre du pays dont 13 sont mortes et des dizaines d'autres sont hospitalisées pour des complications, a annoncé, jeudi 13 novembre, un responsable de la police locale.

Des femmes souvent peu informées et soumises à de fortes pressions

Les victimes, qui ont subi une stérilisation par voie laparoscopique, procédé censé être peu invasif qui consiste à bloquer les trompes utérines, généralement sous anesthésie générale, ont commencé à vomir et à souffrir d'une baisse de la pression sanguine peu après l'opération.

La stérilisation est l'une des méthodes les plus répandues de planning familial en Inde, où nombre d'États organisent des opérations de stérilisation de masse visant généralement les femmes des zones rurales.

Il s'agit en théorie d'une démarche volontaire mais selon des ONG, les femmes sont souvent peu informées et soumises à de fortes pressions de la part d'employés des gouvernements locaux. Ces ONG dénoncent les conditions d'hygiène souvent déplorables dans lesquelles ont lieu les opérations.

Des femmes souvent peu informées et soumises à de fortes pressions

Les victimes, qui ont subi une stérilisation par voie laparoscopique, procédé censé être peu invasif qui consiste à bloquer les trompes utérines, généralement sous anesthésie générale, ont commencé à vomir et à souffrir d'une baisse de la pression sanguine peu après l'opération.

La stérilisation est l'une des méthodes les plus répandues de planning familial en Inde, où nombre d'États organisent des opérations de stérilisation de masse visant généralement les femmes des zones rurales.

Il s'agit en théorie d'une démarche volontaire mais selon des ONG, les femmes sont souvent peu informées et soumises à de fortes pressions de la part d'employés des gouvernements locaux. Ces ONG dénoncent les conditions d'hygiène souvent déplorables dans lesquelles ont lieu les opérations.

AFP Publié le : 13/11/2014

Doc10

Cliquer sur l'image

Doc 5

L’évolution du sex-ratio dans quatre pays asiatiques depuis 1950

Attention, le rapport de masculinité est ici exprimé en nombre de filles pour un garçon et non en nombre de garçons pour une fille. Il naît en moyenne 105 garçons pour 100 filles, soit 0,95 fille pour un garçon. À 0,9 fille pour un garçon, il y a 111 garçons pour une fille.

Questions

Parti  1

Trois articles et un reportage sur un même événement.( doc 11,7,8,9)

Les Five W's (« cinq W », pour « Who, What, Where, When, Why? »

« Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ? Pourquoi ? »

Un concept  utilisé en journalisme qui exige que les réponses aux cinq questions soient données dès le début de la dépêche, ce qui permet un découpage de l'information par priorité.

Cette méthode est également utilisée dans l'étude de documents.

Pratiquez là pour l'étude de ces articles et vidéo.

 

Partie 2

Pour quelles raisons les autorités indiennes encouragent‑elles la stérilisation des femmes ?

Peut-on retrouver dans le doc 6 des éléments de réponse.

Quels abus furent commis et le sont toujours aujourd'hui?

Quand est-il aujourd'hui de la stérilisation masculine?

Le planning familial en Inde.

Cette politique fut l'un des axes du développement de l'Inde imaginée par Sanjay Gandhi.

Que furent les trois autres?.

Présentez les et tentez d'en expliquer ces choix..

Qui est Sanjay Gandhi?

Partie 3

Quels facteurs expliquent la baisse de la fécondité en Iran ? (Doc. 1)

Quelles politiques ont été mises en place en Norvège ? Quel a été leur effet ? (Doc. 4)

Quels États avaient une surmasculinité en 1950 ? Décrivez l'évolution du sex‑ratio dans ces pays. Faites des hypothèses sur les causes de cette évolution. (Doc. 3 et 5)

Partie 4

Répondez à la problématique en rédigeant un texte ou à l'aide d'un schéma fléché. (Tous les documents)

Quel rôle joue l’amélioration de la condition des femmes dans la transition démographique ?

Doc 6

Une histoire de la planification familiale en Inde

 

Inscrivant les problèmes du planning familial à l'ordre du jour du plan quinquennal 1951-1956, l'Inde a mis en place, progressivement, les moyens matériels et financiers qui devaient amener sa population d'une fécondité supposée naturelle à une fécondité dirigée dans le but de limiter les naissances...

Cet article de Subhabrata Mukhuti a été publié initialement sur le site The circle for humanity sous le titre 2017

extrait

Un chapitre oublié

L’Inde a été l’un des premiers pays à se lancer activement dans la planification familiale au milieu des années 1970. Sanjay Gandhi, avait une influence considérable sur sa mère Indira Gandhi, et celle-ci, premier Ministre Indien, entreprit un programme en 5 points pour la promotion de l'alphabétisation, la promotion de la régulation des naissances, la plantation d'arbres, l'abolition de la dot et du système de castes. Sanjay Gandhi a présenté une campagne de planification familiale ambitieuse, être moins nombreux mais plus prospère et atteindre l’autosuffisance en Inde. Initialement, cette politique a bénéficié de soutiens inattendus, comme celui des partis de gauche et des médias.

 

Il était considéré comme un visionnaire, mais aussi comme un homme très volontaire, quelqu'un de pressé. Son empressement a conduit des représentants du gouvernement et des officiers de police à pratiquer de force des vasectomies, à "castrer" des jeunes hommes, et, dans certains cas, à stériliser des femmes. Officiellement, les hommes avec deux enfants ou plus ont dû se soumettre volontairement à cette épreuve, mais de nombreux jeunes célibataires, des opposants politiques et des gens peu cultivés, ont également été stérilisés. Était visée la population pauvre et sans instruction, surtout celle des régions éloignées afin de maintenir le secret. Mais la rumeur s'est répandue, et la colère contre ces moyens déloyaux s’amplifia tragiquement.