Mers et océans  
  L'Arctique, un océan en voie d'intégration à la mondialisation.
 II. Populations et territoires
  Livre pages 244-245

Les mondes arctiques deviennent une « nouvelle frontière».

L’Arctique  a été perçu comme un désert froid  aux limites (en marge) du monde.

L’un des derniers territoires à explorer

Mais à la différence de l’Afrique explorée puis  colonisée au 19e et exploitée, les mondes polaires semblaient « oubliés » comme des territoires en marges (inaccessible et même inutiles) et voilà que…  aujourd’hui bouleversés par le réchauffement climatique…

Progressivement libéré de ses glaces, l’Arctique apparaît comme une « nouvelle frontière » à exploiter.

Ses ressources naturelles et l’ouverture de nouvelles routes maritimes en font un espace convoité par les États et les grandes entreprises mondiales.

Pourtant il est le révélateur de l’accélération du réchauffement climatique  et de ses conséquences. Nous n’aurions pas été capables de préserver la moindre parcelle naturelle de notre planète.

 
 I.L'Arctique
cliquer sur "correction exercice ou l'image"
  En savoir un peu plus sur le réchauffement climatique.
Carte 1.jpg
  Une de ses conséquences en Arctique
 
 II. Populations et territoires

Colleen Swan vit dans un village de l’Alaska, victime du dérèglement climatique.

 

 «Mon peuple" a toujours su s’adapter, mais cela devient de plus en plus difficile, face à la rapidité des changements.

L’eau de l’océan se réchauffe, ce qui fait fondre la banquise et crée des conditions de glace très dangereuses qui nous empêchent de chasser. [...]

Nous avons aussi noté des modifications des mouvements migratoires chez les oiseaux, les caribous et les phoques. [...]

Notre connaissance de l’environnement 1 et de la météo est la clé de notre survie. Nous sommes donc très sensibles aux moindres variations.

Mais la nature des changements remet en question tout ce que les gens savent, ou savaient.

 

  1. Ce qui est terrible, est que le savoir ancestral de ces populations qui leur ont permis de vivre dans des territoires marqués par de si fortes contraintes, semble ne plus leur être utile pour survivre.

 

La seule possibilité qui s’offre à nous aujourd’hui, c’est de partir et de trouver des terres plus élevées. Ici, nous ne pouvons tout simplement pas survivre. »

Témoignage extrait du documentaire «Des lendemains qui déchantent?»,

© Primitive Entertainment 2014, www.polarsea360.com.

Interview de Colleen Swan (en anglais)
Cliquer sur l'image.
Colleen Swan.jpg
Kivalina
Cliquer sur l'image.

The Impact of Climate Change on Kivalina, Alaska

Alan Taylor September 18, 2019  28 PhotosIn 

Along Alaska’s west coast, about 80 miles above the Arctic circle, sits the village of Kivalina, situated on a narrow strip of land between a lagoon and the Chukchi Sea—one of several native coastal villages dealing with problems due to the warming of the Arctic. Joe Raedle, a photographer for Getty, recently flew to Kivalina to spend some time with the villagers and photograph their lives and surroundings. The warming climate has led to troubles such as the accelerated erosion of the land the village sits on, which used to be mitigated by sea ice (which is vanishing), and permafrost (which is melting). Fish and wildlife that villagers rely on for food have been forced to change their migration patterns—and poor hunting means more food must be bought from a store, further increasing the cost of living. Raedle: “The residents of Kivalina are hoping to stay on their ancestral lands, where they can preserve their culture, rather than dispersing due to their island being swallowed by the rising waters of the ocean.”

 
Cliquer sur l'image pour accéder
au reportage.

L'impact du changement climatique sur Kivalina, Alaska

Traduction /     Alan Taylor 18 septembre 2019 28 photos

 

Le long de la côte ouest de l'Alaska, à environ 80 miles au-dessus du cercle arctique, se trouve le village de Kivalina, situé sur une étroite bande de terre entre un lagon et la mer des Tchouktches, l'un des nombreux villages côtiers indigènes confrontés à des problèmes dus au réchauffement de l'Arctique. . Joe Raedle, photographe pour Getty, s'est récemment rendu à Kivalina pour passer du temps avec les villageois et photographier leur vie et leur environnement.

Le réchauffement climatique a entraîné des problèmes tels que l'érosion accélérée des terres sur lesquelles se trouve le village, qui était autrefois atténuée par la glace de mer (qui disparaît) et le pergélisol (qui fond).

Le poisson et la faune sauvage dont les villageois dépendent pour se nourrir ont été forcés de modifier leurs schémas de migration - et une chasse médiocre signifie que plus de nourriture doit être achetée dans un magasin, augmentant encore le coût de la vie. Raedle: "Les habitants de Kivalina espèrent rester sur leurs terres ancestrales, où ils peuvent préserver leur culture, plutôt que de se disperser en raison de leur île avalée par la montée des eaux de l'océan."

Brut .jpg

Les Inuits, peuples aux premières loges de la crise climatique

L'Arctique se réchauffe et les Inuits en sont les premières victimes. La militante québécoise Sheila Watt-Cloutier réclame un "droit au froid".  

 
Brut 1.jpg
Cliquer sur l'image .

L'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde et les Inuits en subissent déjà les conséquences. La hausse des températures affecte leurs déplacements, leurs habitats, leur alimentation et remet en cause un mode de vie issu de traditions anciennes. "La culture inuite est fondée sur la glace, la neige et le froid", rappelle Sheila Watt-Cloutier. La militante québécoise se bat pour la reconnaissance d'un "droit au froid" afin de préserver ces peuples autochtones.

 Les populations autochtones dans les régions arctiques.
populations-autochtones-arctique-FR.png
Réalisation : Géoconfluences d’après Nordregio, 2013 (voir l'original en anglais). Extrait de l'article de Camille Escudé-Joffres.http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/arctique/outils-et-ressources/atlas-du-dossier
 
 III. Ressources exploitées / Danger
  La terre exploitée
Tim Exton AFP.jpg
l'Express.jpg

Pétrole, gaz, navigation... l'Arctique polarise les convoitises

Clément Daniez, publié le 27/01/2018 à 15:45

Jamais, depuis la guerre froide, l'Arctique n'avait suscité autant l'intérêt des puissances. Le réchauffement climatique crée autant d'opportunités que d'inquiétudes.

[…]l'administration américaine (Trump ) […] a annoncé le 4 janvier dernier que la quasi-totalité des eaux littorales des Etats-Unis seraient ouvertes, à partir de 2019, à l'exploitation du pétrole et du gaz offshore. Sur 47 autorisations de forage envisagées, 19 concernent les côtes de l'Alaska  […]. 

[…] l'Arctique fait dorénavant figure d'Eldorado.

Son potentiel suscite des convoitises à mesure que certaines richesses planétaires s'épuisent. […]. 

[…] le 4 janvier, le tribunal d'Oslo a débouté plusieurs ONG, dont Greenpeace, qui voulaient remettre en cause les licences attribuées en mer de Barents  à la Norvège […]. Un mois plus tôt, un projet à 5 milliards d'euros […] a  obtenu le feu vert du géant norvégien Statoil. (pétrole)

Une exploitation très risquée

La mer de Barents, […], illustre les intérêts de plus en plus convergents des États "polaires" en ce qui concerne l'exploitation des ressources. […] la volonté est d'exploiter cette zone recelant de fortes réserves d'hydrocarbures […]

[…] Surtout qu'il faut un baril au-delà de 100 dollars pour espérer de la rentabilité, quand il est actuellement à 60-70 dollars, […]

Mais le risque financier semble trop important pour certaines compagnies, […]. Total a ainsi assuré qu'elle n'exploiterait jamais de pétrole offshore en Arctique à cause des risques environnementaux - les traces de la marée noire de l'Exxon Valdez en Alaska en 1989 sont toujours visibles

 

Total n'a pas les mêmes réticences quand il est question de gaz, dont le sous-sol arctique regorge et que le réchauffement climatique rend moins coûteux à atteindre.

Il possède 20% d’un projet dominé par les Russes, […] sur la péninsule sibérienne de Yamal, qui a débuté en 2017   ( livraisons par méthanier brise-glace). Ce […]mobilise des dizaines de milliers d'ouvriers pour construire un port, un aéroport, une usine et des réservoirs, malgré un froid extrême. A partir de 2019, il devrait livrer 16,5 millions de tonnes par an.  Ce type de projet gigantesque d'un nouveau type n'en est qu'à ses débuts. […]

 

La fonte des glaces ne fait pas que rendre les ressources plus accessibles, elle ouvre également des axes de navigation. Les méthaniers de Yamal pourront livrer l'Asie du sud-est l'été en profitant d'une route du nord-est plus courte de 15 jours que le passage par Suez

La fonte de la banquise, un cercle vicieux.

L'Arctique voit ainsi s'éloigner la perspective de sanctuarisation souhaitée par de grandes ONG de protection de l'environnement. […]

Lire le dossier complet L'Arctique, convoité et menacé

AFP.jpg
Cliquer sur l'image .
Dans les fonds et sur les rivages de l'Océan Arctique reposent d'énormes quantités d'hydrocarbures. Certains experts estiment que 9 milliards de tonnes de pétrole et de gaz naturel se trouvent au nord du cercle polaire, soit 25% des ressources mondiales restant à découvrir. Vidéo AFP
http://www.radio-canada.ca/emissions/.... Il y a 20 ans aujourd'hui, le pétrolier Exxon Valdez s'échouait dans le détroit du prince William, en Alaska provoquant la pire catastrophe écologique de l'histoire des États-Unis. Frédéric Arnould revient de l'Alaska et Il a pu constater que 20 ans plus tard, il reste encore bien des traces du désastre, et pas seulement de pétrole